Utiliser la Sphaigne


La sphaigne est une mousse acide que l’on trouve à l’état sauvage dans les tourbières. En réalité, elle crée les tourbières, puisque la tourbe blonde est issue de sphaignes décomposées. Beaucoup de mousses ressemblent à la sphaigne, mais si vous en trouvez ailleurs que dans un marais, alors ça n’en est pas !

La sphaigne a de nombreuses propriétés :

  • Elle retient beaucoup l’humidité.
  • Elle ne se décompose que très lentement.
  • Elle a des propriétés antibactériennes
  • Elle stimule le système racinaire, eh oui !

Utilisations de la Sphaigne

On utilise très souvent la sphaigne morte, déshydratée. Il convient alors de la réhydrater en la laissant tremper dans l’eau. On l’essorera bien entre ses mains avant de s’en servir pour la débarrasser de l’excès d’eau, mais on évitera de la laisser compactée, il faut qu’elle puisse respirer. Mais pour info, la sphaigne vivante donne des résultats tout aussi bons !

Bouturer avec la Sphaigne

Il est possible d’utiliser cette formidable alliée pour nos boutures en remplacement de l’eau. Couchez des tronçons de lianes de Monstera dans la sphaigne humide et maintenez le tout sous mini-serre, tant qu’il y a au moins un nœud par tronçon vous les verrez raciner. Cela fonctionne aussi avec les Hoya, les Pothos, les Bégonias bambous… J’ai personnellement bouturé différents Peperomia dans de la sphaigne vivante, cela fonctionne très bien (et même sans mini-serre).

Le marcottage aérien se pratique également avec la sphaigne : Entaillez la plante à marcotter (par exemple un beau Ficus elastica) sur un nœud, entourez la coupure de sphaigne humide, faites-la tenir en place à l’aide d’un tissu noué, et vous devriez bientôt voir apparaître des racines à cet endroit. Il ne restera plus qu’à couper sous les racines pour replanter la tête et obtenir un nouveau pied. Le pied mère, lui, repartira avec de nouvelles pousses !

Enfin, certaines boutures qui ont été racinées dans l’eau peuvent avoir du mal à reprendre une fois plantées en terre. C’est dû au fait que leurs racines sont nées dans l’eau et ne connaissent que cet élément, elles ne sont pas adaptées au terreau et cela peut tout simplement tuer la bouture. En lui donnant une étape intermédiaire avec un séjour dans la sphaigne, vous les aiderez à faire cette transition. Pour que cela se passe au mieux, n’attendez pas que les racines soient trop longues.

Faire germer dans la sphaigne

La sphaigne est également le substrat idéal pour gaire germer les bulbes, car elle assure une bonne humidité sans coller au bulbe comme du terreau. Elle est utilisée avec beaucoup de succès pour la germination des bulbes d’Alocasia et de Caladium par exemple. Souvent on met simplement la sphaigne bien humidifiée dans le fond d’un bocal avec le bulbe “planté” dedans, et on dispose un film transparent sur l’ouverture en guise de couvercle.

Je n’ai jamais testé personnellement mais on peut également réaliser un semis de graines avec succès. Pour cela je vous recommande de privilégier les plantes à grosses graines. Simplement parce que les petites risquent de glisser entre les fibres et se retrouver trop profondément enfouies pour réussir à sortir correctement.

Surfacer avec la sphaigne

On peut tirer partie de sa capacité à retenir l’humidité pour les plantes tropicales qui en ont grand besoin. Grâce à la sphaigne disposée en surface du terreau, la plante bénéficie d’une atmosphère humide autour d’elle, et l’eau contenue dans son substrat ne peut plus s’en évaporer par la surface, elle est piégée dans la sphaigne.

J’ai surfacé les pots de certains de mes Calathea, Alocasia, Syngoniums, Fittonia et Philodendrons. Le matin, je vérifie le degré d’humidité de la sphaigne et je la corrige si besoin avec mon vaporisateur. On peut faire de même avec les plantes carnivores, qui pour leur part préfèrent la sphaigne vivante.

La sphaigne mélangée au substrat

Certaines personnes utilisent la sphaigne directement mélangée au substrat. Elle permet de diminuer la fréquence des arrosages et convient aux plantes qui aiment avoir un sol un peu plus acide. Elle contribue aussi à aérer le sol et absorbe l’excédent d’eau, ce qui soulage les racines. En contrepartie, le terreau devra être changé tous les ans car elle risque de lui nuire en se décomposant.

Quelques plantes qui aiment la présence de sphaigne mélangée à leur substrat : Le Monstera, les orchidées épiphytes (certaines sont même cultivées dans 100% de sphaigne), l’Anthurium, certains Philodendrons (Attention je vous le déconseille pour le Birkin, car il préfère que son substrat sèche rapidement entre les arrosages). Au jardin potager, elle peut également être mélangée à la terre de plantation à hauteur de 50% pour que les plants de légumes gardent l’humidité plus longtemps et pour faciliter leur enracinement !

Les plantes carnivores peuvent pousser dans de la sphaigne pure, de préférence vivante, mais cela fonctionne aussi dans la sphaigne déshydratée avec un surfaçage de sphaigne vivante. Dans ces conditions, il est nécessaire de ne jamais laisser la sphaigne se déssecher.

Se procurer de la sphaigne

On trouve assez facilement de la sphaigne déshydratée dans le commerce : Certaines jardineries en vendent (chez moi elle est au rayon des orchidées) et on peut aussi en trouver sur Insternet (Sites spécialisés ou même Amazon).

Mais on peut aussi parfaitement cultiver sa propre sphaigne ! C’est plus économique, mais aussi plus écologique, car le prélèvement de la sphaigne des tourbière est un problème environnemental : Même si elle se reproduit et donc fait partie des ressources renouvelables, elle le fait trop lentement par rapport à la vitesse de son exploitation.

Vous pouvez trouver de la sphaigne vivante sur Internet, j’ai acheté la mienne sur eBay (et on en trouve aussi sur Etsy).

Celle-ci se développe beaucoup et assez rapidement si les conditions nécessaires sont réunies. Si vous souhaitez la voir exploser, voici comment faire :

  • Dans le bac de votre choix (privilégiez un récipient large, pas forcément haut) disposez quelques centimètres de tourbe blonde.
  • Mouillez-la abondamment (la tourbière est un marécage donc on recrée de la boue !)
  • Disposez votre sphaigne vivante par-dessus.
  • Mettez-la sous mini-serre.
  • Gardez-la humide (si elle est sous mini serre elle devrait garder son humidité toute seule ceci dit) à l’abri du soleil direct.
  • Pulvérisez un engrais foliaire une fois tous les 15 jours.

Ce processus permet un développement optimal de la sphaigne. Maintenant, il faut aussi savoir qu’elle vivra très bien si elle n’est pas sous serre, et elle vivra très bien sans engrais. Elle poussera seulement plus lentement. Vous pouvez utiliser votre sphaigne vivante exactement comme celle qui est déshydratée 🙂

Avez-vous déjà employé de la sphaigne dans vos plantations ?


No Comments

Post A Comment