Le Senecio rowleyanus


Cette plante a rapidement colonisé nos jardineries de ses longues tiges ornées de boules vertes que l’on laisse généralement retomber à en cascades; bien qu’à l’état sauvage ce soit une rampante qui se marcotte pour se propager toujours plus loin. Le Senecio rowleyanus, aussi appelé le Collier de perles, peut être incroyablement facile à vivre pour certains tout comme une vraie diva capricieuse pour d’autres. Pourquoi de telles différences de fragilité ?

C’est ce que nous allons voir dans cet article !

Cultiver le Senecio rowleyanus

Besoins spécifiques

Lumière, lumière, lumière. C’est vraiment LE secret de sa culture, c’est de là que découle la réussite ou l’échec de la croissance de cette plante. Ceux qui la trouvent très facile à vivre ont simplement trouvé l’exposition qui lui plaît.

Pourtant, souvent le critère qui ressort le plus est l’arrosage : Cette plante serait à traiter comme un cactus sous peine de pourrir par excès d’eau. Laissez-moi vous dire que de mon expérience, c’est tout à fait faux ! Bien qu’il soit possible de faire pourrir les racines du Senecio, tout part de la lumière et si votre plante en a suffisamment, elle aura besoin d’eau pour pouvoir s’épanouir. Sachez que plus votre plante est jeune, plus elle aura besoin d’eau (dès que le substrat est sec) car elle n’a pas beaucoup de réserves. Par contre attention, laissez toujours sécher le substrat avant d’arroser de nouveau, car ses racines ont besoin de respirer (un pot en terre cuite lui sera d’ailleurs bien plus profitable qu’un pot en plastique).

En hiver, réservez à votre Senecio l’emplacement le plus lumineux de votre maison. Aux beaux jours, rendez-lui service, laissez-le vivre sa vie dehors et il vous remerciera par une cascade de perles. Ce n’est pas vraiment une plante d’intérieur, c’est une plante rustique qui a besoin de soleil (attention à la version variegata, qui brûlera beaucoup plus facilement) et qui résiste même au froid jusqu’à -4°c !

Bien sûr, il est important de l’habituer progressivement à recevoir le soleil, sinon il brûlera. Je sors le mien dès les premières belles journées de printemps, tout en le rentrant le soir pour le protéger des grosses variations de température du début de saison. Il reçoit le soleil du matin uniquement. En été, je le placerai sous l’arbre du jardin, où il profitera d’une lumière diffuse toute la journée.

Fertilisation du Senecio rowleyanus

J’utilise l‘engrais liquide Jungle fever une fois tous les 15 jours. La plante semble réagir très positivement à cet apport, formant de nombreuses pousses.

Une autre façon de booster son Senecio est de lui permettre de se marcotter. Pour cela, vous devez créer des points de contact entre les nœuds (un nœud est une intersection entre une tige et une feuille) et la terre. Vous pouvez plier un petit morceau de fil de fer en U et vous en servir d’agrafe, c’est ce que je fais. En conséquences, la croissance peut ralentir momentanément car la plante va être occupée à créer des racines plutôt que des perles. Mais elle deviendra surtout plus forte, et de nouvelles tiges vont se former.

Au niveau du substrat, la clé est le drainage : Le sol doit pouvoir sécher rapidement. Pour cette raison, je cultive mes Senecio dans un terreau pour cactus, qui semble très bien leur convenir. À défaut, vous pouvez utiliser du terreau universel, mais surtout ajoutez-lui un matériau drainant en grande quantité : Perlite, pierre ponce, sable…

De petits tortillons plantés dans le sol créent de nouveaux points de racines pour la plante.

Principales sensibilités

Mon Senecio rowleyanus perd ses perles ?

C’est le problème n°1 rencontré avec cette plante et il est très souvent dû à l’idée reçue qu’il ne faut presque jamais l’arroser – Je suis passée par là avec mon tout jeune plant ! Mais en cas d’arrosages insuffisants, le Senecio pioche dans ses réserves d’eau, c’est à dire ses perles. Bien souvent, quand les perles commencent à se flétrir il est trop tard, elles ne se regonfleront plus.

Si vous avez du mal à juger quand arroser, vous pouvez vous rendre compte de l’avancée de sa déshydratation en tâtant les perles : Quand elles commencent à avoir soif, vous pouvez percevoir une petite souplesse qui ne se voit pas à l’œil mais qui se détecte au toucher, elle vous signifie qu’il est temps d’arroser. Méfiez-vous des journées très lumineuses, qui profitent beaucoup à sa croissance mais qui lui prennent aussi plus d’énergie.

De toutes façons, si votre substrat est sec (et suffisamment drainant) et que votre exposition est lumineuse, vous ne devriez pas avoir peur d’arroser, votre plante ne craint rien. Pour le Senecio rowleyanus, le sur-arrosage n’est un problème que si le substrat reste humide trop longtemps.

Mon Collier de perles végète ?

S’il est normal de voir son Senecio ralentir considérablement sa croissance au cœur de l’été (l’excès de chaleur le met au repos), durant tout le reste de l’année il devrait produire de nouvelles perles continuellement. Si ce n’est pas le cas, c’est très certainement un manque de lumière, que vous pouvez compenser en choisissant un emplacement mieux exposé, ou en lui offrant un peu de lumière horticole. Je l’ai fait pour le mien en hiver car il était vraiment bébé et n’allait pas très bien, et cela a été très bénéfique. J’en profite pour préciser que même en hiver j’ai fait attention à arroser le mien à chaque fois que le substrat était sec, sans quoi il perdait ses perles les unes après les autres (mais cela est moins vrai chez les sujets plus âgés).

Lorsqu’il était au plus mal, il ne lui restait que très peu de perles !

Mon Senecio rowleyanus est abîmé ?

Lorsqu’il est en extérieur j’inspecte très souvent mon Senecio, car j’ai l’impression que les pucerons sont très attirés par cette plante. Pour ne rien arranger, ils ont parfois exactement le même vert que ses perles ! Je les enlève simplement au fur et à mesure à l’aide d’une pince à épiler assez fine pour me permettre de la glisser entre les perles sans abîmer ma plante.

En cas d’attaque sévère sur un gros sujet, il faut en retirer le maximum à la main et je vous recommande aussi de le doucher avec suffisamment de pression pour expulser les envahisseurs. Attention à ne pas expulser le substrat avec 🙂

Dès les beaux jours, vous pouvez pulvériser votre plante avec une décoction d’ail pour la prémunir de futures attaques. Attention, à faire uniquement lorsque votre plante dort dehors, car l’odeur est très désagréable.

Propagation du collier de perles

On peut bouturer son Senecio rowleyanus de différentes façons, sachant que la meilleure période est le printemps.

Boutures de S. rowleyanus variegata
  • Boutures dans l’eau : Couper une tige, enlever les perles de la base, laisser tremper le base dans un verre d’eau jusqu’à la formation de racines assez développées, puis mettre en terre.
  • Boutures sur le sol (illustration ci-dessous) : Couper une tige, la coucher sur le sol, maintenir des points de contact entre le sol et certains nœuds au moyen de fils de fers. Vaporiser d’eau quand le sol est sec (c’est la façon de faire qui me plaît le plus lorsque je ne peux pas marcotter).
  • Marcottage : Poser une tige de la plante mère sur le substrat d’un petit pot, maintenir des points de contact entre le sol et certains nœuds au moyen de fils de fers. Vaporiser d’eau quand le sol est sec. Couper la tige pour séparer le nouveau plant de la mère lorsque celui-ci a raciné.
Les flèches indiquent les agraphes qui créent des points de contact entre le sol et la tige.

Cultivez-vous cette plante ? N’hésitez pas à partager vos expériences dans les commentaires !


No Comments

Post A Comment